“Us” de Jordan Peele : l’Amérique sur le divan de la scène

Sème la terreur

Us film de Jordan Peele (2019)

Après Get Out, oscarisé pour son scénario, le nouveau film de Jordan Peele vient de sortir dans les salles françaises et déjà fait grand bruit. On aime ou on déteste, mais l’un comme l’autre, le film ne laisse pas indifférent.

Vous voulez jouer aux tarés ? On peut jouer aux tarés

Jordan Peele, égal à lui-même nous livre un thriller horrifique sur fond d’humour et de satire politico-sociale. Alors que Get Out s’attaquait au racisme ordinaire, Us s’attaque à l’Amérique toute entière. US signifiant “Nous” mais également United States, les États-Unis.

Et c’est bien cette pseudo unicité qui est montrée du doigt et découpée au ciseau de façon franchement magistrale. Certains diront que Jordan Peele en fait trop, nous dirons peut-être, mais il le fait bien.

Le film Us de Jordan Peele découpe l'Amérique en morceaux

Synopsis : De retour dans sa maison d’enfance, Adelaïde Wilson a décidé de passer des vacances de rêves avec son mari Gabe et leurs deux enfants : Zora et Jason. Un traumatisme aussi mystérieux qu’irrésolu refait surface suite à une série d’étranges coïncidences qui déclenchent la paranoïa de cette mère de famille de plus en plus persuadée qu’un terrible malheur va s’abattre sur ceux qu’elle aime. Après une journée tendue à la plage avec leurs amis les Tyler, les Wilson rentrent enfin à la maison où ils découvrent quatre personnes se tenant la main dans leur allée. Ils vont alors affronter le plus terrifiant et inattendu des adversaires : leurs propres doubles.

L’histoire se tisse comme un faux survival movie, alors qu’il s’agit en réalité d’un thriller hautement psychologique, pour ne pas dire psychanalytique. L’affiche du film, ainsi que les animations de la bande annonce donnent d’ailleurs le ton en nous faisant penser aux tests de Rorschach, outil d’évaluation psychologique.

De l’humour, de l’horreur et des films cultes

Dès les premières secondes du film, les références et bases du film nous sautent aux yeux : une VHS des Goonies posée sur une étagère, ainsi qu’une autre de Freddy les Griffes de la Nuit (Nightmare on Elm Street) et plus frappant encore : le film C.H.U.D (1985), dont l’acronyme se traduit littéralement par (Cannibale, Humanoide, Usurpateur, Devastateur). Le ton est donné, et les réponses du film sont là, devant nous : l’angle d’attaque du film sera sous la surface et il va falloir gratter un peu.

La scène d’introduction, visuellement sublime et ultra propre, fait très nettement référence aux slashers movies que l’on connait bien : un décor de fête foraine, une gamine qui s’éloigne de ses parents et une ambiance qui passe de l’édulcoré au glaçant. La petite fille porte d’ailleurs un t-shirt du clip Thriller de Michael Jackson, la menace pèse déjà.

Us film scene intro Thriller Michael Jackson

La famille piégée à l’intérieur de la maison doit maintenant faire face à la menace qui vient de dehors. On pense alors immédiatement à La Nuit des Morts Vivants de Romero, l’Invasion des Profanateurs ou même à Vendredi 13, la maison au bord du lac faisant penser à Crystal Lake. Le petit garçon de la famille s’appelle d’ailleurs Jason, il porte un t-shirt des Dents de la Mer et un masque de Chewbacca de Star Wars, et comme le film l’indique, les coïncidences sont troublantes mais jamais fortuites.

Mais qui êtes-vous ?

C’est la question que pose le père de famille à leurs doubles alors qu’ils viennent d’envahir la maison. Et la femme de répondre : “nous sommes américains”.
Clones qui portent un uniforme rouge/orange, sorte de tenue de détenus, emprisonnés et invisibles aux yeux de Monsieur Tout Le Monde. Jusqu’à ce soir.

Voilà le message de Jordan Peele : les bas fonds de l’Amérique ont fait surface, le non-politiquement correct prend le dessus, l’Amérique lisse qui se donne la main dans la publicité Hands Across America, association d’aide au plus démunis, de la scène d’introduction est balayée, place à une version de nous-même que nous n’aimons pas, mais alors pas du tout. Miroir mon beau miroir, dis-moi qui doit mourir.

Le palais des glaces

Mais au delà de la satyre sociale et politique sur la division riches/pauvres, bien/mal, blancs/noirs, le film nous retourne, littéralement. Il renverse les codes en nous renvoyant une image miroir, c’est à dire inversée et nous emporte dans ses méandres avec lui. A l’image d’Alice aux Pays des Merveilles et de son lapin blanc, Us nous attire dans ses bas-fonds pour nous faire entrevoir le pire : nous-même.
Film Us référence Alice aux Pays des Merveilles

L’Amérique se prend un bon coup de ciseau

Les explications du personnage d’Adelaïde-clone de la fin du film laissent alors entendre que les gens vivants à la surface ne sont en fait que les marionnettes de leurs doubles sous-terrains. Jordan Peele dépeint l’Amérique comme un pays divisé, un pays d’apparences, de surface friable, de valeurs refoulées, et ses citoyens de consuméristes à outrance (villa à la plage, bateau, course à qui sera le plus riche).

La vérité, le vrai visage, se cache sous la surface, et bien évidemment, il est difficile d’y faire face, de l’accepter, il faut donc l’enfouir, la “tuer”. C’est d’ailleurs ce que fait Adelaïde, qui, une fois face à elle-même dans le sous-terrain, retrouve ses instincts et tue froidement son double. Elle même qui a enfoui son propre passé, qui ne refera surface dans sa mémoire qu’à la fin du film. C’est alors que nous comprenons qu’elle est “un des leurs parmi nous”.

Son fils Jason l’a d’ailleurs remarqué, et comme l’Américain moyen en surface dépeint par Jason Peele, le premier réflexe du gamin face à cette découverte terrifiante est de se voiler la face, en enfilant son masque de Chewbacca.

Un film que les cinéphiles de “surface” détesteront, parce-que ce film est tout, sauf un simple slasher movie, contrairement à ce que nous vend la bande annonce.

A VOIR SI :

  • Vous aimez l’horreur intelligente, qui sollicite vos neurones en plus de votre adrénaline
  • Vous avez aimé le syle de Get Out : un vrai message sur fond d’humour féroce
  • Vous voulez percer le mystère de Jérémie 11:11

A NE PAS VOIR SI :

  • Vous cherchez des réponses à tout prix
  • Vous êtes à la recherche d’un Get Out 2
  • Vous détestez les miroirs

 

Crédit photos IMDb sauf header article : capture écran bande annonce Youtube

Autres articles d'enfer


Sème la terreur

Cet article vous a plu ? (ou pas) - Faites-le savoir !

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.